bandeau-article
Mise en place de l’internet fixe et mobile : Denormandie fait le point ?>

Accélération du déploiement | Un plan bien défini | Où en sommes-nous ?

Accélération de la mise en place de l’internet fixe et mobile

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Économie et des Finances, en collaboration avec Julien Denormandie ont tiré le 16 octobre 2019, un troisième bilan sur l’avancement de la mise en place de l’internet fixe et mobile partout en France.

Alors, quelles sont les conclusions ?

Explications.

Une ligne de conduite bien définie

Une conférence de presse était organisée pour l’occasion. Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement a affirmé sa volonté de rendre le numérique accessible à tous, en précisant qu’il était « un droit pour tous les Français ». Il a aussi rappelé les ambitions du gouvernement dans l’optique d’améliorer la couverture numérique sur l’ensemble du territoire qui est de proposer un accès internet de qualité pour la fin 2020 et un accès au très haut débit pour l’horizon 2022.

Pour y parvenir, le gouvernement fait appel à deux leviers de poids :

Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher ont précisé que l’objectif était de garantir la compétitivité économique des territoires ainsi que leur « cohésion numérique ».

Calculez votre réduction

Où en sommes-nous ?

À l’heure actuelle, l’État est en capacité de proposer un réseau internet qualifié « de qualité », avec la construction notamment de plus de 2 millions de lignes de fibre optique depuis le début de l’année 2019 (avec l’objectif de doubler leur installation jusqu’à fin 2019). À ce jour, près de 15 millions de foyers Français disposent de la possibilité d’être raccordés à la fibre optique.

À noter que depuis 2018, plus de 5.000 pylônes ont été installés. Cela a entrainé le passage à la 4g du même nombre de communes et a ainsi contribué à améliorer leur réseau de téléphonie mobile.

Face à l’arrivée de cet attirail conséquent, Julien Denormandie précise qu’en conséquence des objectifs fixés par l’État début 2018 (en concertation avec les opérateurs téléphoniques), près de 15.000 Français « se voient proposer la fibre en bas de chez eux » et ce « chaque jour ouvré » assurant que cette action était un pilier pour l’économie.

La ministre de la cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, a pour sa part déclaré que grâce au plan « France Très Haut Débit » l’État allait pouvoir terminer la couverture en fibre sur l’ensemble du territoire pour l’horizon 2025. Elle a ensuite justifié : « La fibre, c’est l’accès garanti à tous les nouveaux usages du numérique » ainsi qu’un levier pour le développement d’un très grand nombre de territoires.

À noter enfin que 6% des foyers Français ne seront toujours pas raccordés au numérique filaire en 2020. Pour ceux-ci, l’état prévoit un geste financier (entreprises et particuliers inclus) de 150 € pour tout équipement en technologie sans fil dans ces zones. Cette aide financière est rendue possible grâce au dispositif « Cohésion numérique des territoires » qui a fait l’objet d’un financement de 100 millions d’euros de la part de l’État.